Pierre de RONSARD (1524-1585)

Poésie

Renaissance-Humanisme-Pléïade

Ce “prince des poètes”, célèbre et protégé du roi, fut le chef de l’école poétique de Pléïade (voir Du Bellay). Epicurien, il célèbre dans ses recueils (Les amours, 1552 et 1556, Sonnets pour Hélène, 1578) les plaisirs de la vie et exhorte ses lecteurs-et lectrices… à les savourer avant que la fuite du temps ne les détruise à jamais.

Ronsard aime les roses. Il aime aussi les jeunes filles. Il leur conseille donc de se laisser “cueillir”par lui avant que l’âge ne vienne faner leur beauté.

“Mignonne, allons voir si la rose…”

Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait décolose

Sa robe de pourpre au soleil,

A point perdu cette vesprée

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vôtre pareil.

Les! Voyez comme en peu d’espace,

Mignonne, elle a dessus la place,

Las! Las! Ses beautés laissé choir!

O vraiment marâtre Nature

Puisqu’une telle fleur ne dure

Que du matin jusques au soir!

Donc, si vous me croyez, mignonne,

Tandis que votre âge fleuronne,

En sa plus verte nouveauté,

Cueillez, cueillez votre jeunesse:

Comme à cette fleur la vieillesse

Fera tenir votre beauté.

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: